Livraison Express : mon voisin plus rapide que le drône.

 

Entendu au CES de Las Vegas

Tu as vu la 1ère livraison de pamplemousses par drône au UK ? Oui. Et alors, ma tante Simone , elle reçoit ses gouttes par les drônes de La Poste dans le Limousin.

Face aux drônes, les droïdes ont leur chance

Livrer plus vite, voici le leitmotiv qui revient toujours et pour accomplir la révolution de la livraison express, c’est la sacro-sainte technologie qui est mise en avant avec le drône. Et pourtant l’économie du partage ou des livreurs d’un 3 ème type tout simplement plus humains comme notre voisin, le coursier à pieds ou en vélo  pourraient tenir la dragée haute aux drônes. N’en déplaise  aux ayatollahs de la World Tech ! Revue des bonnes pratiques et des tendances de la livraison.

La fiche pratique de la livraison express

Les questions à se poser 

  • Livrer plus vite ou au bon moment ?   Le client fait-il confiance à mon livreur au point de lui laisser ses clés ou sa maison ouverte ? Et à son voisin ?
  • Comment fidéliser mes meilleurs clients avec la livraison ? par le prix ? par les délais ?
  • Comment cibler ma prospection commerciale pour rentabiliser ma tournée de livraison ? Quand le web permettra de géolocaliser les personnes habitant le même immeuble ?
  • Quel est le Net Promoter Score de mon service de livraison à domicile ?

Les liens / sites à connaître 

  • le modèle de la  tournée de livraison du laitier(« milkrun »)

https://en.wikipedia.org/wiki/Milk_run

  • Le cas Amazon. Réduire ses délais et ses prix, c’est comme investir dans la publicité pour différencier radicalement son expérience client face au Retail. A la clé, la fidélité augmentée de ses clients.

http://www.forbes.com/sites/oliverwyman/2016/02/18/amazon-is-using-logistics-to-lead-a-retail-revolution/#4cfe31ee1309

  • Ocado : l’OVNI de la livraison alimentaire a développé Outre Manche une promesse (1h) et un savoir-faire unique au monde (livraison rentable avec un panier moyen de 140 €).

http://www.lsa-conso.fr/e-commerce-one-to-one-ocado-la-vraie-success-story-de-l-alimentaire-on-line,234993

  • Les Fonds d’Investissements se désengagent de la livraison à domicile des plats de restaurant(4 février 2017), le taux d’occupation d’un livreur étant trop faible. Le marché offre-t’il suffisamment de perspectives pour compter autant de concurrents ? 

https://www.henryjosephgrant.com/new-blog/why-vcs-are-giving-up-on-on-demand-delivery

Les bonnes pratiques : des nouveaux coursiers, de la promesse et des tournées de livraison  

Le chiffre clé : la rentabilité à partir de 20 et 25 livraisons par jour (dans les courses alimentaire). 

Problème 1 : les embouteillages et la difficulté de circuler en ville

Solution

Les coursiers à pieds ou en 2 roues (ex : les cyclistes de Deliveroo) sont plus efficaces que les drônes pour livrer dans les grandes villes (cœur de cible du e-commerce) quand le traffic est saturé. Ils permettent aux e-marchands de soulager leur livreurs en voiture ou camion (souvent plus adapté pour les zones péri-urbaines ou rurales ou circuler est bien plus facile !). Ces livreurs du 3ème type s’infiltrent dans tout type d’habitat. Le drône exige une aire d’atterrissage visible du ciel, ce qui est bien rare en centre ville. Donc la livraison par drône se révèle pertinent pour les banlieues avec maison et jardin, dans les îles, en montagne, en zone accidentée ou en zone rurale. La Poste et DPD ont ouvert la 1ère  ligne commerciale de drônes au monde en décembre 2016 en Provence à Saint-Maximin la Sainte Baume.

Problème 2 : le non respect de la promesse du délai

Bonne pratique

La juste promesse du délai et de la disponibilité des stocks : mieux vaut une promesse moins disante mais tenue, qu’une belle promesse non tenue. les  Retailers ont longtemps fonctionné sans maîtrise des process magasins pour la réception, la préparation de commande en click & collect ou sans contrôle du  respect des délais par le partenaire livreur en livraison à domicile .  Avec la prise en compte du Net Promoter Score, les équipes digitales ont compris  la nécessité de revoir la promesse et contrôler les process avec les équipes magasin ou les partenaires de livraison.

Problème 3 : le client a du mal à payer la livraison

Bonne pratique

Le bon prix de la livraison est le seuil accepté par le client.  Ce client a été habitué à si peu de qualité, que pour lui, elle devait être gratuite. La livraison gratuite fut la (mauvaise) tarte à la crème des promotions du e-commerce en mal d’idées pendant de longues années jusqu’au jour récent où les entreprises et les start-up, secouées par Amazon, ont compris que pour faire payer le client plus cher, il fallait peut-être améliorer la qualité et le respect des délais de la livraison.

Problème 4 : des tournées de livraison pas rentables

Bonnes pratiques

Optimiser la rentabilité de sa tournée de livraison, ça commence par le marketing.  Tout d’abord choisir le bon produit qui offre soit suffisamment de marge unitaire soit un volume/poids faible le rendant facile à transporter. Puis il sera important de bien cibler ses clients dans l’espace. Pour être rentable, on devrait pouvoir livrer tous les habitants d’un même immeuble. Mais avec le web marketing, cette finesse du ciblage est encore impossible. Ce qui se fait : géolocaliser l’internaute le plus tôt possible pour lui montrer les produits disponibles près de chez lui. Lui demander le Code postal et sa commune puisqu’un seul CP regroupe plusieurs communes. Cela permet ensuite de calculer le passage de la prochaine tournée de livraison à son adresse ou à proximité. Une fois la commande prise, l’adresse exacte est envoyée pour emballer et préparer la commande au nom du client d’une part et d’autre part à un manager de livraison pour regrouper les adresses d’une même tournée de livraison et préparer les commandes d’une équipe de livreur.

 Innovations à suivre 

  • Le particulier livreur : un 2ème métier pour beaucoup de personnes déjà bien implanté dans les pays émergents et qui se développe chez nous (Deliveroo, Uber Eats…).
  • La montée en puissance des achats/livraisons groupés. La commande de fournitures scolaires, de permis de conduire, de fioul, de bois ou même d’électricité. Plus les gens se parlent et moins la livraison coûte cher. Le rôle des e-marchands (ou des réseaux sociaux) sera de proposer ces fonctionnalité de rencontre de consommateurs et de commande groupée pour partager les frais de livraison et recevoir des remises.
  • La livraison constitue enfin l’occasion de développer la vente de services additionnels : installation, formation technique, etc..

Le Nouveau Bocal ? 

En savoir plus sur mon offre de Diagnostic Expérience Client-Employé


 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*